Pourquoi maintenant ?

Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne, a fait une promesse audacieuse : dans les 100 premiers jours de son mandat, elle publiera un « Green Deal » et une « Loi Climat ». Mais si nous ne nous battons pas pour des solutions concrètes, le risque est grand que ce « Green Deal » ne soit que du « Greenwashing ».

En effet, nous connaissons tous les principales solutions pour gagner la bataille climatique : isoler toutes les maisons, écoles et usines, soutenir massivement les transports, l’agriculture et l’énergie propres, protéger et nettoyer les forêts et l’océan… mais dans tous nos territoires, ces alternatives font face au même obstacle : qui va payer ?

Rien ne serait pire qu’un faux Green Deal qui ne se donnerait pas les moyens de tenir ses promesses et d’être pleinement appliqué dans tous nos territoires.

Rien ne serait pire qu’un faux Green Deal au financement injuste, qui provoquerait la colère de milliers de gilets jaunes dans tous nos pays.

Nous avons une rare occasion de pousser nos députés et nos gouvernements à faire en sorte que l’Europe soit à la hauteur de l’urgence climatique.

C’est le moment d’obtenir un vrai Green New Deal !

Pour gagner, un Green New Deal a besoin de Green New Money

Il faut déclarer l'urgence climatique et des actions immédiates

un vrai green deal doit reposer sur ces 3 solutions

1- Pas un Euro de plus pour les combustibles fossiles

arrêter tous les investissements et subventions fossiles

2- Adopter le pacte climat-emploi

(A) - une vraie banque du climat fournissant 300 milliards/an en prêts à taux zéro
- (B) - un vrai budget climat de 100 milliards d'euros / an financé par un impôt européen sur les bénéfices des grandes entreprises

3- Mettre fin à l'exonération de taxe sur les carburants d'avion

réduire les émissions de CO2 de l'aviation et dégager 27 milliards d'euros par an pour la lutte contre le dérèglement climatique